Blog

Séminaire sur l’Éthique et les Enjeux Sociétaux de l’Intelligence Artificielle

Objectifs

L’intelligence artificielle connaît un essor considérable depuis une dizaine d’années. Cet élan permet d’envisager de nouveaux usages, de nouveaux métiers, et de redessiner les contours de nombreux domaines scientifiques. Dans ce contexte, de grands bouleversements sont anticipés, voire parfois craints. Il est ainsi légitime de se poser la question des enjeux réels et fantasmés de cette technologie et de leurs conséquences sur la société.

Dans le cadre de ce séminaire, nous tenterons d’abord de clarifier quels sont les impacts attendus à moyen terme dus à cette nouvelle ère technologique. Une fois ces enjeux clarifiés, nous aborderons dans de plus amples détails plusieurs points centraux : la question de la vie privée et de l’utilisation massive des données, les conséquences pour l’emploi, la question de l’acceptabilité et les risques liés aux domaines sensibles.

Ce séminaire s’adresse à un public large sans connaissances techniques particulières, curieux de ces sujets.

Informations importantes

Quand: le Jeudi 11 Mars 2021 de 14h à 17h30

: Sur YouTube, en direct ou rediffusion.

Les participants sont invités à poser leurs questions en direct sur le fil de discussion sur YouTube.

Programme

  • 14h00-14h05 Introduction par Nicolas Farrugia et Vincent Gripon
  • 14h05-14h30 Conférence introductive de Nicolas Courty, professeur à l’Université de Bretagne Sud
  • 14h30-15h15 
    • Table ronde avec les invités sur les deux sujets suivants :
      • Domaines sensibles : défense, neurosciences, médecine de précision, personnalisation et individualisation de l’information, mobilité et véhicules autonomes, identification biométrique,finance, ressources humaines.
      • Limites des solutions existantes : biais des données, explicabilité, pertinence et transparence des décisions, impact environnemental.
  • 15h30-16h15
    • Table ronde avec les invités sur les deux sujets suivants :
      • Données et vie privée : la dépendance au “big data”, la compétitivité européenne, le compromis avancée technologique vs. respect de la vie privée.
      • Conséquences sociales et sociétales de l’automatisation : la place de l’humain, les nouveaux enjeux démocratiques, la désinformation et le rapport à la vérité, l’impact sur le travail.

Posez vos questions

Vous pouvez proposer des questions à aborder pendant le séminaire. Pour cela, vous disposez de trois moyens :

  1. Remplir le formulaire disponible ici
  2. Posez votre question sur Twitter ou LinkedIn et rajouter le hasthag #EthiqueIA
  3. Pendant l’événement, utiliser la messagerie instantanée à côté de la vidéo Youtube (déconseillé)

Contexte

L’intelligence artificielle est un terme ambigu qui ne prend pas la même signification selon qu’il est prononcé par un journaliste, un homme politique, un entrepreneur ou un chercheur. Cette confusion est à l’origine de bien des malentendus. Dans le cadre de ce séminaire, nous nous attachons à discuter de l’intelligence artificielle, cette discipline à l’origine de la révolution technologique commencée il y a une dizaine d’années et due au développement des applications de l’apprentissage profond.

En effet, les progrès considérables réalisés dans le domaine de l’apprentissage automatique ont permis de résoudre des problèmes restés ouverts depuis des décennies. C’est notamment grâce à la disponibilité de grandes quantités de données et à l’utilisation de nouvelles architectures de calcul que le domaine a pu décoller. Chaque dernière année a vu son innovation majeure, à tel point qu’il est difficile d’entrevoir aujourd’hui les limites de ces approches, sujet par ailleurs débattu dans la littérature consacrée.

Tout comme l’informatique en son temps, l’intelligence artificielle promet d’impacter significativement tous les domaines de la société. D’après une étude de l’Université d’Oxford, environ 47% des emplois sont menacés de disparition d’ici 20 ans. Il serait présomptueux d’essayer de réfléchir aux conséquences d’un progrès futur de la technologie alors qu’il est déjà difficile d’estimer l’impact des avancées récentes. C’est précisément l’objet de ce séminaire : faire le point sur l’état actuel de la technologie et ses limites immédiates, et s’interroger sur les conséquences pour la société et l’humain.

Organisateurs

Nicolas Farrugia est Maître de conférences à IMT Atlantique depuis 2016. Après un doctorat en électronique sur les implantations parallèles de réseaux de neurones en 2008, il a effectué ses recherches postdoctorales dans le domaine des Neurosciences Cognitives entre l’Institut Max Planck à Leipzig et l’Université Goldsmiths, à Londres. Nicolas Farrugia mène une recherche transdisciplinaire mêlant Intelligence Artificielle et Neurosciences, valorisée dans de prestigieuses revues scientifiques telles que Nature Scientific Reports ou Neuroimage, ainsi que dans les conférences de traitement du signal. 

Vincent Gripon est Chargé de Recherche à IMT Atlantique. Docteur en informatique et ancien normalien, il conduit une recherche interdisciplinaire à la croisée entre l’apprentissage automatique, le traitement du signal et l’intelligence artificielle. Il est auteur ou co-auteur de plus de 80 publications scientifiques dans ces domaines, dont certaines ont été récompensées par des prix du meilleur article. D’octobre 2018 à septembre 2019, Vincent Gripon était professeur invité à l’Université de Montréal, au sein du plus grand laboratoire public en intelligence artificielle dans le monde, le Mila, dirigé par Yoshua Bengio, médaille Turing en 2018. Vincent Gripon est éditeur associé dans la plus prestigieuse revue en traitement du signal (IEEE TSP).

Invités

Nous aurons 5 invités pour cet événement :

  • Nicolas Courty (http://people.irisa.fr/Nicolas.Courty/) est professeur titulaire à l’Université Bretagne Sud depuis 2018. Il a obtenu son doctorat en 2002 à l’INSA de Rennes et son habilitation à diriger des recherches à l’Université de Bretagne Sud en 2013. Il dirige aujourd’hui l’équipe Obélix à l’IRISA, dédiée à l’apprentissage machine et à ses applications à l’observation de la Terre. Il est un chercheur expérimenté dans le domaine de l’apprentissage machine et de l’IA. Entre autres, il a publié au cours des cinq dernières années plusieurs articles dans des conférences de haut niveau sur l’apprentissage machine (NeurIPS, ICLR, ICML, AISTATS, etc.), la vision par ordinateur (IEEE TPAMI, ECCV, ACCV) et la télédétection (IEEE TGRS, journal ISPRS). A partir de 2014, il a développé une expertise dans le domaine du transport optimal et des applications connexes à l’apprentissage machine. Il est également l’un des lauréats du prix U.V. Helava, décerné par la Société internationale de photogrammétrie et de télédétection (ISPRS), pour le meilleur article de la revue ISPRS pour les années 2012–2015. Nicolas Courty est membre de la société européenne ELLIS. Depuis 2020, il pilote un programme de la chaire ANR sur l’IA (OTTOPIA), sur le thème du transport optimal appliqué à la télédétection.
  • Olivier Menut, Olivier Menut est ingénieur et a occupé différentes fonctions de management en France et à l’international (Etat Unis) dans de grands groupes tels que STMicroelectronic, IBM ou EADS. Il fonde OSO-AI en Novembre 2018 avec l’ambition de développer de nouvelles applications à base d’IA au service des personnes fragiles et de leurs aidants. OSO-AI a levé 4M€ à l’été 2020 et compte aujourd’hui une vingtaine de salariés. Olivier en est le président.
  • Yann Ferguson, est chercheur à l’Icam de Toulouse, associé au Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir. Ses travaux portent sur l’impact des techniques d’intelligence d’artificielle sur le travail. Il intervient également pour les entreprises pour accompagner l’intégration de l’IA ou monter en maturité leurs innovations. Il est l’auteur de nombreux articles, dont « Puissance de calcul, force de l’emprise. Une critique de l’organisation augmentée » (Erès, 2020), « Une IA au travail. 5 histoires d’Hommes » (L’Harmattan, 2020), « Ce que l’IA fit de l’Homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise » (La Découverte). Il est expert pour le Partenariat Mondial sur l’IA, une initiative multilatérale portée par 19 États en vue d’établir des pratiques communes en matière d’IA responsable. Au sein du groupe Futur du Travail, il est en charge de constituer un catalogue mondial de cas d’usage réels de techniques d’IA au travail..

Sponsors

Chaire Pracom

[french] Journées Neurostic

Les journées NeuroSTIC se sont déroulées à Brest les 5 et 6 Octobre 2017. Vous pouvez retrouver les transparents des présentations ici.

========================================================================
6e édition des journées NeuroSTIC – 5 et 6 octobre 2017 – Brest
========================================================================

Cette année, les journées NeuroSTIC se dérouleront dans les locaux du pôle numérique au technopôle Brest-Iroise. À cette occasion une session industrielle et startup dédiée aux systèmes neuro-inspirés sera proposée en complément des sessions de présentations académiques.

Comme chaque année, NeuroSTIC vous propose un programme interdisciplinaire associant neurosciences, informatique, sciences cognitives, robotique, traitement du signal et électronique. Nous vous attendons nombreux pour participer, favoriser les échanges d’informations entre les différents acteurs de l’écosystème et stimuler l’émergence de nouvelles collaborations.

Nous lancons également cette année un appel à participation à doctorants et  jeunes chercheurs qui souhaiteraient profiter de ces journées pour présenter leur sujet de recherche dans un format court de 20 minutes questions comprises.

Vous trouverez sur la page web suivante :

http://www.gdr-isis.fr/neurostic/?p=363

• Le formulaire d’inscription (Inscriptions gratuites mais obligatoires)

• Le programme préliminaire de ces 2 journées

• Les modes d’accès

• Les présentations des éditions précédentes

Nous vous attendons nombreux,
cordialement,

Les organisateurs,

avec le soutien du CNRS à travers les GDR BioComp, ISIS, SoC/SiP et Robotique, du laboratoire Lab-STICC, du Pôle de Recherche Avancée en COMmunications et du Labex CominLabs.

Martial Mermillod – Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (UMR CNRS 5105), Université Grenoble-Alpes.

Benoît Miramond – Laboratoire d’Electronique, Antennes et Telecommunications (UMR CNRS 7248), Université Nice Sophia Antipolis

Vincent Gripon – IMT Atlantique, CNRS Lab-STICC

Nicolas Farrugia – IMT Atlantique, CNRS Lab-STICC

========================================================================